Loading...
Christophe Castaner et ses erreurs de jeunesse : la face cachée du ministre 
 
Enième polémique au sein du gouvernement Edouard Philippe. Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur se retrouve en Une de la presse people, après avoir passé une soirée arrosée avec une jeune femme non-identifiée… 
Christophe Castaner est dans la tourmente. Samedi 9 mars, le ministre de l’Intérieur s’était rendu avec une charmante jeune femme au Noto, un restaurant-club parisien du 8e arrondissement. Cela aurait pu s’arrêter là, mais la presse s’est emparée de l’histoire. Des photos de cette soirée très arrosée ont été diffusées par les magazines Voici et Closer. Des informations qui ont aussi créé la polémique. Le ministre proche d’Emmanuel Macron se serait rendu au Noto sans escorte par des gardes du corps. Quelques heures après l’acte 17e des gilets jaunes, la question de sécurité était alors au centre des discussions. De quoi agacer Christophe Castaner qui prenait ce jeudi la parole pour la première fois, dans les colonnes du Parisien : « Il s’agit de ma vie privée et de ma famille qui peut être respectée. J’ai rejoint une soirée dans un cadre totalement privé, entre 23h30 et deux heures du matin ». 
 
Depuis les médias se sont emparés de l’histoire du ministre. Lui qui n’a pas un parcours classique d’homme politique. Et qui a même failli ne pas avoir le bac ! C’est à 17 ans qu’il décide de quitter le foyer familial, pour ne plus subir un père militaire au caractère violent. Il préférait alors faire des petits boulots mal rémunérés, mais avoir sa liberté. C’est la rencontre avec son épouse, Hélène, rencontrée pendant les années lycée, qui lui fait ouvrir les yeux. « Elle m’a juste rappelé qui j’étais. Elle a eu son bac avec mention, je me suis dit que je devais reprendre les études. J’ai passé mon bac en candidat libre. Je ne voulais pas qu’un écart se creuse entre nous. Je ne voulais pas la perdre  », confiait-il dans nos colonnes. S’en suit des années en fac de droit à Aix-en-Provence et un engagement en politique précoce dans les clubs Forum de Michel Rocard. Puis c'est l'heure d'une première victoire politique dans la ville de Forcalquier, en région PACA, lors des municipales de 2001. Hélène est toujours à ses côtés. Christophe Castaner, lui, tombe en admiration. 
 
Durant ces jeunes années, l’homme politique admet avoir été serveur, maçon, mais aussi joueur. « Je me suis fait de l’argent facile grâce au jeu », nous racontait-il. Un style mauvais garçon qu'il a gardé toute une époque. A 43 ans, il portait encore la chemise ouverte, la gourmette au cou et… la coupe de cheveux mulet. Un look 'kéké' qui tranche avec ses costumes so chic d’aujourd’hui. Pour preuve, ce cliché apparu dans les colonnes du magazine M, datant de 2009, et qui montrait la version Castaner à l'aube de la quarantaine. Une photo qui s'est finalement retrouvée sur les réseaux sociaux au début de la crise des gilets jaunes. Avec en légende, des révélations sur son passé : « Savez-vous qui est ce type qui, autrefois, passait ses nuits à jouer au poker avec la pègre marseillaise et qui était le protégé d’un caïd mort dans un règlement de compte ? Savez-vous qui est ce type qui, aujourd’hui, menace les gilets jaunes de leur envoyer les CRS ? Oui, c’est le ministre de l’Intérieur de Macron ». Une étape de sa vie que Christophe Castaner ne renie pas. Bien au contraire. Dans les colonnes du JDD, il racontait : « Oraison (caïd abattu en août 2008, ndlr), c’était mon frère, mon protecteur, il m’appelait l’étudiant. Le poker était un truc réservé à un milieu interlope, j’ai été sur le fil du rasoir ». C’est Hélène, encore une fois, qui avait mis fin à ces agissements. Il pouvait alors commencer à piger pour la presse locale et… adhérer au parti socialiste. 

Comments

Leave a Reply